Conférence

Post "Natural" Disaster Resettlements on Mount Merapi

Par Adeline Martinez
20 septembre 2017 | 17h30
Auditorium IFI Thamrin

Jalan M.H. Thamrin No.20

GRATUIT (avec réservations)

RSVP : reservation@ifi-id.com

Objet : Merapi

Après l’éruption du volcan Merapi en 2010, un nouveau programme de gestion des risques, est créé par le gouvernement indonésien pour les victimes. Ce programme a pour but principal de réinstaller l’ensemble des habitants de la zone à risque fort dans des zones moins dangereuses. Durant sa conférence, Adeline Martinez propose d’analyser les objectifs de cette politique, ainsi que les conséquences de celle-ci sur la vie et les activités quotidiennes des habitants du flanc sud du volcan. Cette analyse lui permettra ensuite d’explorer les contradictions en termes de gestion des risques, qui émergent après la mise en place de ce programme de réinstallation. Ces contradictions sont révélatrices d’une vision différente des risques volcaniques entre les institutions, les scientifiques et les habitants. Ces différentes visions entraînent par conséquence des divergences de pratiques sur cette zone à haut risque.

 

La conférencière

Après une licence de sociologie à l’université de Poitiers, Adeline Martinez a intégré le Master en anthropologie à Aix-Marseille Université. C’est dans le cadre de ces deux années qu’elle a entamé une spécialisation sur les questions de déplacements forcés de population et s’est concentrée sur la question de la réinstallation. Actuellement en thèse et rattachée au laboratoire IrAsia à Marseille, elle s’intéresse aux changements sociaux et aux enjeux que soulève la mise en place d’une politique de réinstallation de population habitant dans des zones dites « de catastrophes naturelles », sur le volcan Merapi à Java Centre. La démarche envisagée consiste à enrichir la réflexion sur les déplacements en contexte post-catastrophe « naturelle », en proposant un regard dynamique sur le rapport entre société et territoire et sur les mécanismes de recomposition de celui-ci.

 

Pour (re)voir la conférence, c'est ici :